Attrapé, étiqueté et relâché : Lancement de la première étude sur le crabe de boue aux Seychelles

Actualités Nationales |Author: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | September 28, 2022, Wednesday @ 21:00| 2288 views

Le crabe de boue est très recherché en raison de sa taille robuste et de sa chair dense.   (CSIRO Wikimedia) Photo License: CC BY 3.0

 

(Seychelles News Agency) - La population de crabes de boue aux Seychelles est évaluée pour la première fois dans une étude d'un an qui a débuté en septembre, a déclaré un haut responsable de la Seychelles Fishing Authority.

Le chef du département de l'aquaculture à la SFA, Aubrey Lesperance, a déclaré que l'autorité souhaitait établir "la population et l'abondance de l'espèce, afin de mieux la comprendre et d'examiner son potentiel pour l'aquaculture".

Le crabe de boue (Scylla Serrata) est une espèce que l'on trouve dans les estuaires et les mangroves d'Afrique, d'Australasie et d'Asie et les couleurs de leur carapace varient d'un vert marbré profond à un brun très foncé. L'espèce est très recherchée en raison de sa taille robuste et de sa forte teneur en viande.

Avant de lancer l'étude, M. Lesperance a déclaré que la SFA avait fait des recherches sur l'élevage et la récolte de crabes de boue dans la partie sud-est de l'Asie et au Kenya pour observer les méthodes utilisées. Il a déclaré que l'élevage de l'espèce est populaire et réussi en Asie du Sud-Est, tandis qu'au Kenya, ils ont observé que sa vaste végétation de mangrove est idéale pour la croissance de l'espèce car elle les protège de la lumière directe du soleil.

L'Autorité de la pêche des Seychelles a déclaré qu'il s'agirait de la première enquête majeure sur l'espèce, trouvée dans les zones de mangrove et qui est régulièrement récoltée pour la consommation locale.

L'autorité envisage deux méthodes, à savoir l'aquaculture et l'élevage.

M. Lesperance a expliqué que l'élevage est le processus par lequel "nous attrapons des crabes de taille moyenne et les nourrissons jusqu'à ce qu'ils atteignent leur taille adulte. Cette méthode n'a pas réussi dans diverses parties du monde, sauf en Asie du Sud-Est, il n'est donc pas fiable, mais nous devons le tester aux Seychelles et voir le résultat."
L'étude est menée par la société de conseil basée aux Seychelles, Bee Ecological Consulting, et financée par le Seychelles Conservation and Climate Adaptation Trust (SeyCCAT). Il se fera en deux phases et le premier volet coûtera 28 000 $.

La consultante principale, Gilberte Gendron, a déclaré que la première partie, qui a débuté en septembre, comprendra un questionnaire destiné aux pêcheurs de crabe de boue d'hier et d'aujourd'hui.

« Nous voulons que les pêcheurs nous disent tout sur leur entreprise, de la fréquence à laquelle ils attrapent les crabes de boue, les zones où ils concentrent leurs recherches ainsi que leurs techniques », a déclaré M. Gendron.

Bee Ecological Consulting passera à la phase deux en octobre, qui comprendra la mise en place de pièges où les crabes de boue seront capturés, étiquetés et relâchés dans leur habitat.

"Cela nous permettra de recueillir des informations telles que leur croissance, leur répartition et les types d'habitat qu'ils préfèrent", a expliqué M. Gendron.

Bee Ecological Consulting demande à chacun de ne pas manipuler ses pièges et de s'abstenir de prendre les crabes étiquetés qu'il rencontre, car cela affecterait sa collecte de données.

L'évaluation des stocks sera effectuée sur les trois îles principales des Seychelles, Mahé, Praslin et La Digue.

 


Tags: crabe

Back  

Search

Search